Les Yakuzas au Japon se séparent

Sep 06, 15 Les Yakuzas au Japon se séparent

Au Japon, la police s’attend à contrecarrer de certains crimes dans des groupes Yakuzas, comme ce fut le cas lors des années 80 au cours desquelles, une vingtaine d’individus avaient été assassinées et une centaine interpellés

Dans les 72 gangs 13 d’entre eux reliés aux Yamaguchi Guni œuvrant dans la mafia depuis 1915 et installé à Kobé viennent de quitter le gang afin d’intégrer un autre groupe appelé le Yamaken Gumi, également mafieux et basé dans la région de Kobé. Le Yamaguchi Gumi est en fait, le gang le plus puissant de yakuzas du Japon. Sur les 47 préfectures que compte le pays, ce 55 d’entre elles abritent une représentation de ce gang avec plus de deux tiers de la mafia nippone soit 6000 membres.

Les rebelles critiquent le chef de Yamagushi Guna, Kenichi Shinoda, pour sa mauvaise gestion. Il protègerait le Kodo-Kai, un groupe qui existe grâce à lui et qui a vu le jour à en 1984, d’après des informations de « le Sankei Shimbun. Désormais, le Kodo-Kai serait installé dans la région de Tokyo et dans d’autres préfectures orientales du Japon.

Poursuites aux Etats-Unis

En avril, le département du Trésor américain avait pris la décision de bloquer les fonds appartenant au Kodo-kai et de Teruaki, Takeuchi, son patron. Dun communiqué du Trésor américain stipule que le gang Kodo-Kai « est considéré comme étant la branche la plus violente dans le Yamaguchi Gumi et est basé à Nagoya, au Japon, forte de 4 000 membres ».

Le Kodo-Kai est accusé d’avoir réalisé de nombreuses actions de corruption et d’extorsion pour Yamaguchi Gumi. D’ailleurs, ces groupes mafieux ont été placés sur liste noires en 2011 par les autorités américaines. Depuis, cinq groupes yakuzas et 13 hauts dirigeants ont été mis dans la liste.

404